NZ : le concert d’Hamilton vu par Graeme

Kia ora tout le monde,

Backstage with Graeme (photo Graeme Cairns)

Backstage with Graeme (photo Graeme Cairns)


aujourd’hui une petite note pour vous livrer les impressions de Graeme Cairns suite au concert du Ukulele Orchestra à Hamilton. Il y a quelques temps je vous ai parlé de Graeme et de ses amis ukulélistes, lors de leur venue à Paris pour participer à la ukulele hui 39 (ici et ).

Graeme est depuis rentré en Nouvelle-Zélande et n’a pas hésité à être notre envoyé spécial pour le concert d’Hamilton. Il avait déjà vu un concert du groupe en Angleterre en 1989, mais aussi en Nouvelle-Zélande en 2008 lors de la première tourne du groupe. Alors qu’en a-t-il pensé ? Il a beaucoup aimé le concert. Il a également remarqué tout le travail sur les voix « hyper au point, puissantes et qui vont à merveille sur chaque chanson ». Il a eu la chance d’être devant il a donc pu tout observer, aussi bien « le jeu individuel de chaque musicien que le jeu de scène qui accompagne les chansons ». Il a lu la critique du concert dans le NZ Herald, et il est d’accord avec ce qu’en a dit la journaliste. Le concert était superbe, tout en progression, hilarant et professionnel, et la foule de spectateurs (habituelle pour le Ukulele Orchestra mais moins pour Hamilton), a adoré chanter, et jouer avec le groupe sur l’Hymne à la joie. Ce n’était pas le premier concert d’ukulele à Hamilton mais c’était surement la première fois que l’on voyait cet instrument supposé être une « blague » être utilisé avec autant de sophistication et d’aplomb… »

Les introductions à la fois marrantes et imprévisibles avant certains morceaux ont été très appréciées par le public, qui a manifesté son contentement par des « vagues d’applaudissements et de rires » quand il reconnaissait la chanson après quelques notes. Parmi les morceaux les plus appréciés : Shaft (pour lequel le groupe, par respect pour les mineurs décédés lors d’une explosion sur la côte ouest, n’a pas fait la blague habituelle sur la mine à la fin de la chanson), The Good, the Bad and the Ugly, et « un morceau qui a montré qu’il est parfaitement justifié d’appeler le UOGB un orchestre, dans le sens conventionnel du terme,le magnifique et émouvant Danse Macabre de Camille Saint-Saëns ». Le public a rappelé le groupe plusieurs fois, et une fois le concert terminé, est allé à la rencontre du public, ce qui a été là aussi très apprécié.

Merci encore à Graeme pour ce reportage et les photos.

Et n’oubliez pas d’aller visiter le site internet du Big Muffin Serious Band. Et faites comme le Ukulele Orchestra, contribuez à la clôture en brosse à dents, en envoyant une ou plusieurs brosses à Graeme (plus de détails ici Egalement le transposomètre, dont il me reste des exemplaires en français, et l’histoire du Tomahawk Prince Light of Metal Award, dont a été récompensé Azo Bell, que vous verrez en photo ci dessus avec George).

Et aussi :

l’article annonçant les concerts de Wellington ici

l’article annonçant le concert de Queenstown

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*